bannière

Actuellement en Irlande afin de perfectionner son anglais, Manon, ancienne élève et diplômée 2016 d'Acfa en section Réalisateur-Monteur, revient sur son parcours au sein de l'école et les expériences qu'elle y a vécu.
 

ACFA : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre situation professionnelle, ainsi que votre parcours ?
Manon :
Actuellement, je suis en Irlande, afin de perfectionner mon anglais.
Mais après avoir obtenu mon diplôme de Réalisateur Monteur, je suis rentrée chez moi dans la Loire, afin de travailler pour TL7 (Télévision Loire 7). 
Ce n’était pas un hasard, car j’y ai effectué mon stage de première année, et ils m’ont souvent répété que je serai toujours la bienvenue au sein de leurs équipes. J’ai commencé à travaillé pour eux dès octobre 2016, et c’est vraiment une expérience incroyable ! Pouvoir travailler avec des professionnels du métier, rencontrer et partager avec des personnalités connues…

 

ACFA : Quelles étaient vos principales missions à TL7 ?
Manon :
J'étais cameraman sur les émissions plateaux télé et je couvrais les évènements aux alentours (en caméra portée ou sur trépied). Je travaillais avec des caméras Canon et des Blackmagic. La plupart du temps, j’étais positionnée à la grue, et j'ai dû apprendre à m'en servir toute seule ! Celle-ci avait été construite par une personne de la télé et n'était pas comme les autres. Au final, à force de manipulation, je suis devenue celle qui la maîtrisait le mieux. 
Ce poste me convenait tout à fait, car cette caméra était celle que l'on pouvait utiliser à tout moment, j'étais sous pression et devais rester constamment en alerte. C’est un sentiment que j'adore ! J'ai également travaillé avec les moteurs de caméra en régie, et c'était vraiment passionnant. 



Marion Epinat TL7
 

ACFA : Qu'est-ce qui vous a plu à ACFA ?
Manon :
Avant tout, l'implication des professeurs. Ils ont toujours répondu présents et se sont toujours rendus très disponibles. Il nous arrivait même de leur envoyer des mails ou encore de les appeler ! C’est rare… 
Ils nous faisaient totalement confiance et je pense que ça nous a beaucoup aidés à avoir confiance en nous et en notre travail ! Ils nous ont donné des responsabilités et c'est comme ça que nous avons pu apprendre à nous débrouiller.
Concernant l’équipement à disposition, l’école réagissait toujours à la demande des élèves et le matériel était bien adapté à l'usage que nous en faisions en cours. Pour finir, je parlerai des évènements organisés et couverts par les élèves d’Acfa, comme la captation du défilé d’Esimode ou encore la rencontre avec des réalisateurs lors de tournages d’avant-premières…

 
ACFA : Vers quelle spécialisation vous êtes-vous orientée ? Et pourquoi?
Manon :
Vous l’aurez compris, je me suis orientée vers la spécialisation Réalisateur Monteur. Le déclic a eu lieu pendant mes années lycée, où j’ai suivi une option cinéma. Je me suis rendue compte que j'aimais toucher à tout. N’étant pas spécialement douée pour le son mais plus pour le cadrage, je me suis servie des enseignements dispensés afin de prendre les devants et de combler mes lacunes. Ayant le goût du challenge, je voulais être sur tous les fronts ! 
C'est à ce moment là que j’ai vraiment compris que je voulais apprendre à être Réalisateur-Monteur. 

 

ACFA : Qu'est-ce que cette formation vous a apportée et comment vous a-t-elle transformée ?
Manon :
Cette formation m'a beaucoup apporté, et ce sur divers aspects de la vie professionnelle. J’y ai compris l’importance de travailler en équipe (notamment lors de travaux communs avec différentes sections). Elle m'a également appris à toujours avoir foi en mes projets, à faire confiance à mon œil critique et mon point de vue sur la vidéo. Grâce à cette formation et aux professeurs, j'ai pu améliorer mon sens de l'observation, ma patience, ma détermination aussi… Cela n’a fait que confirmer mon choix de persévérer dans cette voie !
 

ACFA : Ces apports vous servent-ils dans vos démarches professionnelles ?
Manon :
Bien évidemment, je suis persuadée que je ne serai pas là où j’en suis sans les cours que j’ai suivis à Acfa. Mon stage à TL7 n’aurait certainement pas été possible, et je n’aurai probablement pas développé les compétences nécessaires au métier de Réalisateur-Monteur. L’enseignement en anglais m’a permis de me rendre compte de l’importance de savoir parler la langue afin d’avancer dans le monde du cinéma. C'est pour cela que je suis actuellement en Irlande et qu’à terme, je vais essayer de trouver du travail à l'étranger. L’objectif sera surtout de m’enrichir culturellement.
 

ACFA : Comment se sont passées vos études au sein de notre école ?
Manon :
Mes études se sont très bien passées. Les matières enseignées ainsi que les professeurs étaient tous très intéressants. J'ai beaucoup apprécié les interventions régulières de professionnels ou autres,  c’était formateur !


ACFA : Quels sont vos projets futurs ?
Manon :
Avant tout, je désire apprendre l'anglais afin de pouvoir travailler un peu partout, pouvoir me faire des contacts et découvrir les différentes visions et des diverses cultures qui peuvent exister. Pour la suite, l’avenir seul nous le dira, mais j'aimerais pouvoir m’investir au sein de la réalisation d'un film, afin d’améliorer mes compétences techniques et/ou monter une entreprise de production avec une de mes anciennes camarades de classe. Nous avons la même vision des choses, et nous nous complétons sur beaucoup de points. J'aimerais collaborer avec elle un jour. Mon but ultime, c’est bien évidemment de devenir Réalisateur ! 
 

ACFA : Pour finir, quels conseils pourriez-vous donner à nos élèves ?
Manon :
Je conseillerai aux élèves de bien choisir leurs stages car cela apporte beaucoup. Je leur préconiserai également de prendre en compte toutes les critiques, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, et surtout les mauvaises d'ailleurs ! C'est en comprenant nos erreurs et en les modifiant que l'on avance. Ayez confiance en vos projets et remettez-vous constamment en question. Suivez les conseils des professeurs et impliquez-vous dans chaque matière car aujourd'hui, être polyvalent, c'est un plus. Et surtout gardez confiance en vous, utilisez ACFA comme un tremplin !
 

Merci à Manon de nous avoir fait partager son expérience. On lui souhaite une excellente continuation !